Developpment Durable

17 FAITS MAJEURS SUR L’ENVIRONNEMENT AU NIGER EN 2019

 

  1. Adoption du Plan d’Investissement Climat pour la Région Sahel lors du Sommet des chefs d’Etat des 17 pays de la région du Sahel autour de la commission climat pour le Sahel: objectif valider le plan d’investissement climatique pour la période 2018-2030.
  2. 40 éco gardes formés et équipés pour lutter contre le braconnage dans le cadre de la protection des ressources naturelles dans la partie nigérienne du parc W-Arly-Pendjari (WAP) : 10 août 2019, Le projet a pour objectif global de promouvoir un développement économique endogène, durable et inclusif, répondant ainsi aux défis du changement climatique. Spécifiquement, il vise aussi à renforcer la conservation et la gestion durable des parcs nationaux et des écosystèmes fragiles de la région W-Arly-Pendjari.
  3. Revue Annuelle Conjointe 2018, du sous-secteur de l’environnement sous le thème de la Gestion durable des terres et résilience des populations face au changement climatique.
  4. Processus d’élaboration du Plan National d’Adaptation (PNA) et Processus de Révision de la Contribution Déterminée au niveau National (CDN) après analyse de la mise en œuvre.
  5. Le 26 juin 2019, dans la salle de réunion du Conseil National de l’Environnement pour un Développement Durable (CNEDD) à Niamey a marqué le lancement du projet de restauration de 100 hectares de la ceinture verte et la plantation d’arbres le long de 20 km du Boulevard Tanimoune et de la rue Sonuci. La récupération de cent (100) ha de terres dégradées au niveau de la ceinture verte, site pilote du projet, est une action qui va en droite ligne avec les efforts du Gouvernement pour la préservation de cet important potentiel, du reste très menacé par diverses pressions. Il s’agit, de reboiser le site avec des espèces ligneuses utilitaires. La ceinture verte de Niamey sous le poids des occupations et des coupes. Niamey, 14 juin 2019, la ceinture verte de Niamey conçue pour servir de poumon de la capitale et de remarque vert contre les intempéries donne l’image d’une décharge publique.
  6. Niamey Nyalla a lancé l’initiative « Niamey ville fruitière et verte » avec comme objectif la plantation de 100 000 arbres.
  7. Reprise des travaux du barrage hydroélectrique de Kandadji, le barrage de Kandadji permettra à terme d’irriguer plus de 45.000 hectares et contribuer à la résolution du problème énergétique du Niger par la production d’une puissance installée de plus 130 mégawatts. Il devrait également permettre la mise en valeur de la vallée du Niger, contribuant à la réduction de la pauvreté grâce à la régénération du milieu naturel, l’amélioration de la sécurité alimentaire et la couverture des besoins en eau et en énergie.
  8. Adoption de la politique nationale de gestion des zones humides et son plan d’action 2019-2020 le 25 octobre 2019 : l’objectif de cette politique est d’assurer une gestion durable des zones humides du Niger, afin de renforcer leur contribution à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté en prenant en compte le contexte des changements climatiques.
  9. Déclassement de la plus grande Reserve Naturelle de Ternit et de Tin Touma malgré que le Niger est signataire de plusieurs convention et traité internationaux qu’il a ratifié en vue de promouvoir et de protéger l’environnent. Au total 17 espèces de mammifères observée dont l’Addax, la Gazelle Dama, le Guépard du Sahara, la gazelle dorcas, le mouflon à manchette y vivent et 113 espèces d’oiseaux sont menacées avec l’exploitation du pétrole.
  10. Participation active à la COP 25 sur le Climat à Madrid et à la COP 14 sur la Désertification en Inde.
  11. Le Niger à travers le secrétaire exécutif du CNEDD est élu au poste de vice-présidence du bureau de la 14e session la convention des nations unies sur lutte contre la désertification au titre de l’Afrique pour un mandat de 2 ans.
  12. Inondations : pendant la saison des pluies 2019 le bassin du fleuve Niger y compris le nord du pays et d’autres parties du pays ont enregistré des inondations avec des pertes considérables.
  13. Deuxième édition de Tabaski écolo pour réduire la consommation du bois et l’utilisation des alternatives au bois énergie.
  14. Première marche pour le climat au Niger : Une marche organisée par les organisations de la société civile pour rappeler l’urgence climatique et dénoncer l’inaction politique, une première au Niger sous le leadership de JVE et du RJNCC en marge de la semaine mondiale du climat, c’était le 28 septembre 2019 à Niamey.
  15. 5e édition du Forum National des Jeunes sur le Climat (COY 5)
  16. En marge des activités du Sommet de l’Union Africaine, un forum des jeunes leaders sur le thème : « Une Afrique plus Verte, la jeunesse et le Changement climatique : Reverdir le Sahel » s’est tenu le 7 et 8 Juillet au Centre Régional d’AGRHYMET. C’est le ministre de l’Environnement de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba qui a procédé au lancement de cette activité.
  17. .Le lancement officiel du concept «  Pacte Eco Citoyen Niger » un engagement citoyen pour la protection et la promotion d’un environnement sain avec l’ONG OEDD. 01 Décembre 2019 dans l’enceinte de l’espace « Bosquet des Nations », Le Concept « Pacte Eco Citoyen Niger » est un processus et ou une campagne de mobilisation, de conscientisation et de sensibilisation de la population sur le changement climatique, sur ses conséquences et pour inviter cette population à apporter sa contribution pour un changement positif de comportement en faveur de l’environnement. L’objectif de cette initiative est de contribuer à l’amélioration du bien-être des populations. C’est ce qui explique le choix du thème « pour notre bien-être et celui des générations futures adhérons ». Il faut retenir que le Pacte Eco Citoyen comporte 14 engagements :
    1. exécuter des actions de salubrité et d’assainissement en tous lieux publics et privés ;
    2. traiter les gites larvaires qui favorisent la pollution des moustiques dans les domiciles et les quartiers ;
    3. s’abstenir de jeter tout déchet sur la voie publique en marchant ou en voiture ;
    4. abandonner l’utilisation des emballages plastiques ;
    5. collecter dans les domiciles et les lieux publics les ordures et détritus dans des poubelles y compris lors des manifestations et de la tenue des marchés quotidiens et hebdomadaires ;
    6. veiller à l’évacuation des déchets vers des décharges publiques aménagées ;
    7.  éviter de cracher, d’uriner et de déféquer dans les rues, les voies et lieux publics;
    8. adopter des réflexes d’économie d’énergie et d’eau ;
    9. promouvoir l’utilisation des énergies renouvelables ;
    10. planter et entretenir au moins deux arbres par an et ne jamais abattre un arbre sans le remplacer ;
    11. éviter le gaspillage du papier ;
    12. minimiser les nuisances sonores et olfactives ainsi que le rejet des fumées des véhicules ;
    13. œuvrer par l’exemple et la sensibilisation pour que de plus en plus de nigériennes et de nigériens adhèrent au présent pacte ;
    14. et enfin s’autoévaluer de manière périodique sur la mise en œuvre du pacte.

 

Autonomisation et Mentorat des Femmes Fumeuses de poisson de la vallée du fleuve Niger

Depuis Juillet 2019 JVE et le Réseau de la Jeunesse Nigérienne sur le Changement Climatique aide à promouvoir l’autonomisation des femmes mareyeuses et fumeuses de poissons de la vallée du Niger en améliorant leurs conditions de travail et cadre de vie.

²Autonomisation et Mentorat des Femmes Fumeuses de poisson de la vallée du fleuve Niger ² est un projet du consortium Jeunes Volontaires pour l’Environnement et le Réseau de la jeunesse Nigérienne sur le changement climatique dont l’objectif est d’assurer  l’autonomisation des femmes mareyeuses et fumeuses de poisson sur le long du fleuve Niger par l’amélioration de leurs conditions de travail et cadre de vie en faisant la promotion de la technologie des fours améliorés  «parpaing » dans les localités de Say, Niamey, Tillabéry et Liboré. Les avantages du four améliorer parpaing sont entrés autres : la conservation de la chaleur qui permet ainsi un séchage rapide du poisson, la réduction du temps de fumage par rapport aux fours traditionnels, la consommation du bois est également réduite, et les femmes sont moins exposées à la chaleur et la fumée c’est qui réduit les risques de maladies que peuvent engendrées cette dernière.

Ainsi donc dans le cadre de sa mise en œuvre des missions préparatoires ont été effectuées dans les différentes localités couvre par le projet. Ces missions préparatoires avaient pour objectif de rencontrer les autorités locales afin de leur présenter le projet, ensuite d’identifier les artisans, les groupements féminins et les sites de fabrication des fours.  Lors de ces missions, les autorités locales ont félicité l’équipe du projet pour le choix des bénéficiaires qui s’avère être très pertinent et n’ont pas manqué de manifester leurs soutiens et engagement quant au bon déroulement des activités du dit projet. Actuellement les activités se poursuivent avec les sessions de formations de 50 jeunes artisans identifier dont 10 par localités sur la maitrise de fabrication de la nouvelle technologie du four parpaing et la fabrication de 5 fours sur les sites identifiés.

Comme activité à venir des sessions de formation et sensibilisation de 120 femmes sur l’utilisation du four amélioré, l’élaboration d’un Document d’analyse et de capitalisation approfondie de l’activité de fumage traditionnel de poisson (impacts et risques) et de l’usage du four et de la balle de riz dans la zone ciblée durant tout le processus du projet, l’élaboration et la mise en place d’un programme de mentorat au profit des groupements féminins et enfin la réalisation d’un film documentaire sur tout le processus de mise en œuvre du projet.

Pour rappel ce projet est mis en œuvre grâce à un co-financement entre les deux structures et le soutien de l’Ambassade de France au Niger à travers le fond d’Appui aux Projets Innovants de la Société Civile et Coalition d’acteurs « PISCCA » sur une période de 8 mois.

 

Fours à balle de Riz, énergie alternative pour  l’adaptation des femmes de la vallée  du fleuve Niger dans le cadre du PISCCA

 

Les Jeunes Volontaire Pour l’Environnement (JVE-Niger) et le Réseau de la  Jeunesse Nigérienne sur le Changement Climatique (RJNCC) avec l’appui financier de l’Ambassade de la France  mettent en œuvre le projet  « Fours à balle de Riz, énergie alternative pour  l’adaptation des femmes de la vallée  du fleuve Niger» dans le cadre des Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’Acteurs (PISCCA). Ce projet sera mis en œuvre dans cinq localités à savoir les arrondissements communaux 4 et 5 de Niamey, Say, Kollo et Tillabéry  pour une durée de 12 mois.

  1. L’objectif principal de ce projet est de contribuer au renforcement  de la capacité de résilience des femmes à travers l’usage de la balle de riz comme combustible alternatif au détriment du bois – énergie.
  2. LES OBJECTIFS spécifiques sont :
  • Promouvoir la technologie des fours à balle de riz par la création d’un marché de fours et de balle de riz pour réduire l’utilisation du bois de chauffe.
  • Améliorer le pouvoir économique des femmes et des artisans locaux en renforçant leur capacité entrepreneuriale à travers des actions de communication de masse pour accroitre la visibilité de cette technologie.
  • Initier des actions de reboisement et de sensibilisation sur le genre et le changement climatique en milieu communautaire.

Les activités  suivantes  seront exécutées tout au long de la durée du projet.

  • Activité 1.1 : Session de présentation des fours et d’échanges sur son usage et ses avantages ;
  • Activité 1.2 : Réhabilitation des 5 kiosques de ventes des fours offerts par SNV/JVE en 2015 et mise en place d’un principal à Niamey ;
  • Activité 1.3 : Assurer la disponibilité de la balle de riz dans la zone du projet et fabrication de briquettes expérimentales
  • Activité 2.1 Ateliers de formation sur l’entreprenariat au profit des femmes et des artisans ;
  • Activité 2.2 Produire et diffuser des supports medias ;
  • Activité 3.1 : Camp chantier des jeunes de reboisement ;
  • Activité 3.2 : Pépinière féminine avec l’utilisation de la cendre de la balle comme engrais au sein de 2 localités de mise en œuvre du projet ;
  • Activité 3.3 : Débats communautaires dans la zone du projet.

Visite de travail du Directeur Executif de JVE International au Niger

Séjour du Directeur de JVE International au Niger, M. Sena Alouka,

Du 26 au 30 Aout 2017, M.Sena Alouka a effectué une visite de travail au Niger. Cette visite a pour objectif d’apprécier le développement institutionnel de JVE au Niger mais surtout de rencontrer différents structures avec lesquelles collaborent JVE Niger.

Ainsi à la demande de JVE Niger, des rencontrent d’échanges ont été effectuées notamment avec :

  • Le Cabinet du Ministre de l’Environnement et du Développement durable sur les activités de JVE au Niger et la volonté de poursuivre la bonne collaboration ;
  • L’Agence du Barrage de Kandadji sur les activités de plaidoyer de JVE ainsi que le renforcement de la participation des OSC pour une meilleure appropriation du programme ;
  • La Coordination Nationale des Usagers(e) du Bassin du Fleuve du Niger sur la collaboration avec JVE dans la compréhension, le plaidoyer et la veille pour une meilleure prise en compte des aspects socio- environnementaux dans le programme Kandadji ;
  • African Development University(ADU) avec le fondateur Kader Kaney, les possibilités de collaboration avec JVE sur les questions en liens avec le Developpement Durable voir des certifcats en liens avec les questions environnementales;
  • Une visite à Tillabery a permis d’aller sur le site de construction du barrage de Kandadji et d’échanger avec les communautés déplacées de la première phase de réinstallation. C’était une bonne occasion d’échanger avec la branche locale de JVE.

Au cours de son séjour, le DEI a tenu une rencontre d’échange avec les clubs verts et une réunion de travail avec les membres du Conseil d’Administration élargie au Bureau Exécutif sur le développement du leadership de JVE au Niger dans la mobilisation des jeunes sur  les questions environnementales

#JVE #Niger #Environnement #ODD #ChangementClimatique #ADU #BarrageKandadji

Echange avec le Chef du Village de Kandadji
Avec le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Environnement et ses collaborateurs

  

Avec l’equipe de JVE Niger
Avec les membres de la CNU Niger

 

 

 

 

 

Une semaine verte avec les Clubs Verts de jeunes scolaires

 

 

 

 

 

 

 

Les clubs verts de JVE dans le cadre de l’initiative Climat sous  Surveillance ont organisé une semaine verte de plantation d’espèces végétales locales d’utilité économique et menacées de disparition dans deux écoles de Niamey avec l’appui du Centre national de Semences Forestières.   

Les Jeunes Volontaires pour l’environnement JVE-Niger, dans leur lutte contre le changement climatique ont effectué une série de plantation d’arbre à travers leurs clubs verts dans la dernière semaine du mois de juillet 2017 appelé  la semaine verte.

Cette série de plantation est l’initiative des branches nationales de plantation d’arbre.

En effet, cette activité a commencé avec le CES Garba Djibo de Niamey le mardi 25  Juillet  2017 d’où avec 40 plants d’espèces différents avec l’aide des membres du JVE-Niger et plusieurs autres volontaires.

Cette activité s’est poursuivie au sein  du  CEG II de Niamey le vendredi 28 Juillet 2017 d’où  ils ont procédé à la plantation de 30 plants de sept (7)  espèces.

Protéger l’environnement et les ressources naturelles est  un objectif principal pour les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE-Niger), c’est pourquoi nous saluons et soutenons ces initiatives des clubs verts. Ainsi, planter un arbre est un acte dont  le symbolisme  et la signification profonde transcende toutes les cultures et sociétés du monde. C’est un moyen pour les  hommes, les femmes et les enfants de contribuer à titre individuel  à la résolution de la crise environnementale.

De même, lorsque nous plantons des arbres, nous plantons les graines de la Paix et  les graines de l’espérance comme le disait Pr. Wangari Mathai de la Green Belt Mouvement.                                      

La foret est un organisme particulier,  plein de bontés  et de bienfaits, qui n’exige pas d’entretien mais dispense généreusement les Produits de sa vie et de son activité. Elle offre une protection à tous les êtres  vivants.                                           

 En parlons des bienfaits des arbres  en suivant  l’enlacement et la taille de ces derniers, un hectare de foret peut absorber environ six tonnes du dioxyde de carbone par an. Outre l’atténuation des changements climatiques, les arbres offrent une multitude d’avantages.

De plus un arbre peut libérer suffisamment d’oxygène pour une famille de quatre personnes.

Cette semaine verte a été une victoire pour ces  Jeunes motivés pour la protection de l’Environnement  et l’atténuation des changements climatiques.

Par Nafifatou Nouhou Ousseini, Stagiare à JVE 

150 jeunes pour un climat sous surveillance à Marrakech en marge de la COP 22, dont 8 des Clubs Verts de JVE Niger

L’initiative Climat Sous Surveillance(CSS) est un projet de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) France qui met en relation des clubs de jeunes avec des chercheurs. La thématique générale des Clubs est « l’instrumentation des scientifiques pour étudier les changements climatiques dans différents milieux de la planète (fleuves, forêts, îles et côtes, montagnes et glaciers, océans, villes, zones arides) ».20160926_182832

Au Niger, Deux clubs des Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) mettent en œuvre les activités du CSS depuis mars 2016. Il s’agit principalement du Club « Lumière du Sahel au sein du CSP ASIFA»  et « Mieux être au sein du CES Dr Lalla Malika ex CEG 2 ». Chaque club a au moins une quinzaine de membres.

20160817_180502Deux stations Météo Stacy ont été installées dans l’enceinte des deux établissements. Ces stations permettront aux     jeunes de mieux comprendre le fonctionnement, de recueillir des données et de s’initier à leurs analyses et   interprétations. Il s’agit des paramètres suivants : La direction du vent, la vitesse du vent, l’humidité, la quantité de pluie, la température, la pression atmosphérique et la luminosité.

 

Les objectifs pédagogiques poursuivis sont :
– transmettre aux jeunes les connaissances produites par les scientifiques sur les phénomènes climatiques et sur l’évaluation de l’impact des changements climatiques sur l’environnement et les sociétés ;
– faire découvrir, à ces jeunes, les méthodes, les métiers et le rôle de la recherche pour la compréhension des changements climatiques et leur incidence pour le développement et l’environnement des pays du Sud.20160819_182106

Pour la 22e Conférence des Parties (COP 22) à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique prévue du 8 au 17 novembre prochain, trois jeunes par club avec un accompagnateur représenteront le Niger lors de l’événement « 150 jeunes pour un climat sous surveillance à Marrakech » du 8-12 Novembre 2016. Ils échangeront avec d’autres jeunes venant de plusieurs pays ou le CSS est mis en œuvre afin de faire porter la voix des jeunes sur la thématique du changement climatique et mutualiser leurs expériences.

Bravo au Partenariat entre JVE et IRD
Plus d’information sur le site internet « Le climat sous surveillance » : http://www.climat-sous-surveillance.ird.fr/ et le profil Facebook de Stacy Météo.