Fleuve Niger

Une semaine verte avec les Clubs Verts de jeunes scolaires

 

 

 

 

 

 

 

Les clubs verts de JVE dans le cadre de l’initiative Climat sous  Surveillance ont organisé une semaine verte de plantation d’espèces végétales locales d’utilité économique et menacées de disparition dans deux écoles de Niamey avec l’appui du Centre national de Semences Forestières.   

Les Jeunes Volontaires pour l’environnement JVE-Niger, dans leur lutte contre le changement climatique ont effectué une série de plantation d’arbre à travers leurs clubs verts dans la dernière semaine du mois de juillet 2017 appelé  la semaine verte.

Cette série de plantation est l’initiative des branches nationales de plantation d’arbre.

En effet, cette activité a commencé avec le CES Garba Djibo de Niamey le mardi 25  Juillet  2017 d’où avec 40 plants d’espèces différents avec l’aide des membres du JVE-Niger et plusieurs autres volontaires.

Cette activité s’est poursuivie au sein  du  CEG II de Niamey le vendredi 28 Juillet 2017 d’où  ils ont procédé à la plantation de 30 plants de sept (7)  espèces.

Protéger l’environnement et les ressources naturelles est  un objectif principal pour les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE-Niger), c’est pourquoi nous saluons et soutenons ces initiatives des clubs verts. Ainsi, planter un arbre est un acte dont  le symbolisme  et la signification profonde transcende toutes les cultures et sociétés du monde. C’est un moyen pour les  hommes, les femmes et les enfants de contribuer à titre individuel  à la résolution de la crise environnementale.

De même, lorsque nous plantons des arbres, nous plantons les graines de la Paix et  les graines de l’espérance comme le disait Pr. Wangari Mathai de la Green Belt Mouvement.                                      

La foret est un organisme particulier,  plein de bontés  et de bienfaits, qui n’exige pas d’entretien mais dispense généreusement les Produits de sa vie et de son activité. Elle offre une protection à tous les êtres  vivants.                                           

 En parlons des bienfaits des arbres  en suivant  l’enlacement et la taille de ces derniers, un hectare de foret peut absorber environ six tonnes du dioxyde de carbone par an. Outre l’atténuation des changements climatiques, les arbres offrent une multitude d’avantages.

De plus un arbre peut libérer suffisamment d’oxygène pour une famille de quatre personnes.

Cette semaine verte a été une victoire pour ces  Jeunes motivés pour la protection de l’Environnement  et l’atténuation des changements climatiques.

Par Nafifatou Nouhou Ousseini, Stagiare à JVE 

Plaidoyer pour le fleuve Niger entre ensablement, pollution et Jacinthe d’eau

Niamey, le 09 Juin 2017

Communiqué de presse des Jeunes Volontaires pour l’Environnement

Long de 4 200 km, le fleuve Niger est le 3e fleuve d’Afrique après le Nil et le Congo. Il prend sa source dans la dorsale guinéenne du Fouta Djalon, une région de hauts plateaux d’altitude moyenne d’environ 1 100 mètres et se dirige vers le Nord-Est, forme en saison des pluies une vaste plaine d’inondation au Mali, appelée Delta Intérieur ou cuvette lacustre. A la sortie du Delta Intérieur, le fleuve décrit une boucle au Mali ; puis coule plein Sud-Est jusqu’au Nigeria où il est rejoint par la Bénoué et se jette dans l’Océan Atlantique. Le fleuve Niger traverse plusieurs Pays d’Afrique de l’ouest tel que : Le Mali, Le Niger, le Nigeria….

Le fleuve Niger constitue un couloir de productivité qui, durant des milliers d’années, a fourni à la population des moyens de subsistance diversifiés et dynamiques, lui permettant de survivre même lors des pires sécheresses. Le fleuve Niger joue un rôle crucial dans la région et dans les pays qu’il traverse. Il pourvoit aux besoins d’une population riveraine, notamment en productions alimentaires diverses (agricoles, halieutiques et pastorales). Les plaines d’inondation du fleuve sont généralement exploitées pour le pastoralisme, les cultures du riz, du coton, du blé, et de nombreuses cultures maraîchères.

Depuis quelques années le fleuve Niger est menacé par l’ensablement, la jacinthe d’eau et la pollution notamment des déchets plastiques et autres produits provenant des industries, des marchés, des ménages et des centres sanitaires. Les populations riveraines en vivent les conséquences avec le rétrécissement du champ de leurs activités, entre autres les cultures maraîchères, la pêche… Ces conséquences se font aussi sentir au niveau de l’écosystème aquatique avec la disparition ou diminution considérable de certaines espèces aquatiques.

C’est conscient de cet état de fait et aussi pour célébrer la journée internationale de l’environnement que les Jeunes Volontaires pour l’Environnement du Niger (JVE-Niger) invite la population de Niamey à prendre part massivement à une rencontre de sensibilisation et de prise de photo aérienne pour plus de plaidoyer en faveur des actions pour la sauvegarde du fleuve Niger, notre patrimoine commun.

Au vue de tout ce qui précède, les Jeunes Volontaires pour l’Environnement du Niger (JVE-Niger) réaffirme leurs engagements aux valeurs de développement durable et de la promotion d’une justice climatique. Ainsi ils appellent à l’implication effective de tous les acteurs à la mise en œuvre de toutes les initiatives de préservation et de protection de l’environnement en générale et du fleuve Niger en particulier. 

Cette activité est prévue ce samedi 11 Juin au bord du fleuve Niger sous le premier pont (coté deuxième échangeur) à partir de 9h.